Nous, foi et miséricorde !

ra00tx7a

Ma dernière sortie sur ce blog a suscité beaucoup de controverses : Le Mythe d’Attali. Je vous avoue que j’ai failli prendre plaisir à ces controverses, me souvenant qu’il y a quelques années je me nourrissais de contradictions et de tous débats ; occasion de démontrer la valeur de mes opinions et d’apprendre de mes contradicteurs.

J’ai abandonné cette vie. Je suis né de nouveau. Cependant, je dois vous annoncer que ces controverses ne m’ont pas fait plaisir ; non parce que je n’admets pas la divergence de point de vue, mais parce que le sujet m’est hautement sensible.

Lorsqu’il s’agit du Togo, de sa destinée, je deviens susceptible, parce que n’ayant pas émigré, comme beaucoup d’autres qui sont là, le sort de notre pays nous est viscéral, de ce que nos avenirs y sont fatalement liés. Il nous importe donc, que très rapidement la situation change, et qu’un sourire venant du profond de nos êtres, revienne sur nos lèvres. C’est réellement, d’autant plus difficile pour ceux d’entre nous, qui, comme moi, n’ont pas succombé à l’aigreur, et s’efforcent chaque jour de demeurer lucides, pour faire barrage aux bonimenteurs et nombrilistes, qui n’ont pas le sens du bien commun.

Si vous connaissez vraiment le Togo et le Togolais, vous saurez que très peu d’entre eux disent la vérité quand vous leur demandez comment ça va, et qu’ils vous répondent : Bien ! Aujourd’hui, malgré certaines méthodes discutables, concédons, des résultats en demi-teinte,  des intrus qui tentent de la faire sombrer, la barque de notre patrie vogue vers des eaux plus calmes et sereines. La mer des contextes économiques et socio-politiques étant agitée, les icebergs qui semblent abordables et pourtant ont de grandes parties immergées, il faut nécessairement à l’administration actuelle, naviguer doucement et sûrement, afin d’éviter le naufrage.

costa-concordia

Les imprudents sont ceux qui contestent le commandant de bord et son équipage et leur demandent d’abandonner le navire. Les égoïstes proposent de prendre les barques disponibles, et de prendre le risque de se perdre en mer et de mourir de froid. Sur ce paquebot, engagé même à son bord dans de tels courants contradictoires, il y a heureusement ceux qui veillent à ce que l’équipage en charge, fasse son travail, et sont très regardants à ce que ceux qui prétendent, prendre la relève du commandant et de ses assistants, soient dûment qualifiés.


Si les Togolais ont perdu le sourire, encore nombreux sont ceux qui ont perdu la foi. La vie difficile et l’incompréhension sont seules coupables de la fin de la foi. Toutefois, lorsque vous avez perdu la foi, il est temps pour vous de recommencer à croire. Le Bien et le Mal font partie de cette vie, et ce n’est qu’en fonction de votre niveau de foi, que vous faites reculer l’obscurité et régner la lumière.

Croire-en-Dieu_275x207_m

Qu’est-ce que la Foi ? La réponse la plus juste se trouve dans la Bible.

« La foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas »

Hébreux 11 :1

Ce n’est pas une foi aussi grande qu’un grain de moutarde dont vous avez besoin (Mathieu 13 : 31-35), puisqu’il ne s’agit pas de déplacer des montagnes. Vous avez juste besoin d’une foi pas plus grande que le Fonio (petit mil). Elle vous suffit pour déplacer vos regards pessimistes et assombris, vers la lumière d’un espoir, qui est sans conteste en construction dans ce pays. Ayez la ferme assurance que la stabilité et l’orientation actuelles, sont sous le contrôle de l’Éternel, maître de toutes circonstances.

Ouvrez les yeux seulement, et voyez les démonstrations de ce que vous espériez. Les chantiers, les routes, le fameux 3e quai, les voies de contournements (Lomé et Faille d’Alédjo), les réformes de l’administration etc. vous pouvez en avoir une lecture différente. Il suffit de le vouloir ! Je comprends  le découragement ambiant ! Oh que oui je comprends ! Si ma femme pouvait témoigner, elle vous dirait combien souvent je me plains.

man-complaining-pf

Toutefois je reste lucide, et je préfère voir les routes autrement que du goudron non comestible. Je vois  outre l’embellissement, le gain de temps et les facilités d’accès à diverses zones autrefois difficiles d’accès. Avant, pour se rendre dans certains quartiers on y réfléchissait à deux fois. Pour les propriétaires de véhicules il fallait penser aux amortisseurs, aux sylimbloques et rotules… Si certaines zones agricoles qui produisaient pour l’export étaient inaccessibles, sauf au prix de douleurs et de stress pour les transporteurs, désormais avec les routes et les pistes rurales aménagées, on obtient accès, gain de temps et moins de stress. Posez la question aux transporteurs.

Le 3è quai ! Oui celui de Bolloré ! Il sera inexorablement utile à l’augmentation du trafic dans la zone portuaire avec le développement de toutes les activités connexes. Les contournements de la ville de Lomé et de la Faille d’Alédjo contenteront les usagers de la route et les gros transporteurs, et en face de nos voisins concurrents sur l’hinterland, nous aurons des avantages compétitifs.

chantiers

 

Le nouvel aéroport créera une augmentation du trafic aérien et le développement des activités autour du transport aérien, transport passager et fret. Les passagers de SOTRAL n’hésiteront jamais, sauf mauvaise foi à dire combien cela allège leurs dépenses. Mais personne ne dit que ces bus sont subventionnés. Je pourrais vous dire beaucoup d’autres choses encore que j’ai remarquées de moi-même, juste en refusant de fermer les yeux et de céder au désespoir et à l’aigreur. Les propriétaires de boutiques, chambres et maisons à louer n’admettent pas publiquement que lorsqu’une nouvelle route goudronnée passe dans leur quartier, ils augmentent leurs loyers et les boutiques et immeubles fleurissent.


Ce que nous voulons, c’est bien-sûr que « l’argent circule » ; qu’il y ait création de richesse afin que différents acteurs puissent gagner leurs vies et prospérer. Il semble que les étaux se resserrent, et nous sommes exsangues de ce que la dette intérieure est colossale parce que l’Etat doit à beaucoup d’opérateurs. Les banques, dans ces situations si complexes hésitent à lâcher la bourse et à investir. Normal ! Ceux qui sont censés défendre cet état de choses et se battre pour ces situations beaucoup plus préoccupantes des citoyens qui vivent mal, sont obnubilés par le pouvoir et ne s’acharnent que sur des questions électorales en brandissant constamment le spectre des troubles sociaux qui ne garantissent pas un climat sain pour les affaires. Et ce sont les mêmes, avec les mêmes méthodes, qui tardent depuis si longtemps à renverser les tendances.

La politique pour beaucoup est juste une question de pouvoir et d’enrichissement facile. D’un côté comme de l’autre. Nul n’est à féliciter. Admettons par simple bonne foi, qu’au lendemain des situations particulières de 2005, l’administration Faure renverse les vapeurs dans les contextes qui sont les siens et les difficultés qu’il rencontre. Il faut mieux faire, certes, mais quand on a en face voire à côté de soi, rien que des gens qui semblent peu se préoccuper du bien commun, et lorsqu’on subit en permanence les procès d’intention et les délits de faciès, il y a risque de se décourager. Je sais, d’aucuns penseraient, facilement et cela ne me touche guère, que je taille la part belle à Faure et que je l’exempte de reproches, mais une fois de plus ouvrez les yeux pour voir au-delà de ce que vos esprits enfermés vous montrent.

OuvrezLesYeux

Après la foi, si elle est sincère, on peut ensuite prétendre à la miséricorde divine. Mais elle est là, cette miséricorde, elle qui nous épargne pas mal de maux qui sont monnaie courante sous certains cieux semblables aux nôtres. Quand allons-nous nous réveiller ? Dieu a pitié de nous et nous préserve depuis longtemps des scenarios catastrophiques que nous fomentent des politiciens aveugles qui ne pensent qu’à eux-mêmes. Et comme atteints de malédiction, il y a cette société  civile qui se complait dans des mélanges de tous genres, avec des leaders qui ont tant bu un sérum contre la honte, que je recommande d’extraire leur sang pour apprêter un remède contre #Ebola.

Tout ça pour dire ma sainte colère contre ces espèces de Togolais de la Politique, qui refusent de penser aux Togolais. C’est de ça qu’il était question dans mon précédent billet. Pauvre Alberto Olympio, il a pris cher pour les autres, non parce que je l’indexais particulièrement, mais parce qu’étant nouveau sur la scène, il n’avait pas d’autre choix que d’être différent. Mais il n’a pas réussi.

Le Pouvoir et l’opposition « préhistoriques » ont une longue vie devant eux mon cher Kelly. Il y a un adage de chez moi, mon cher ami Tunisien Mossi, qui dit qu’ « il ne faut jamais vendre le voleur pour acheter un sorcier » !

Et moi, de plus en plus, 2015, plus j’y pense, plus c’est Faure.

#CrucifiezMoi.

TogoPresident

lumen ad lumine*.

*de la lumière, vers la lumière

Publicités

2 réflexions sur “Nous, foi et miséricorde !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s