Au commencement était l’obscurité!

Lorsque Dieu créa le ciel et la terre dans le livre de la Genèse, c’était l’abîme, les eaux et les ténèbres. Son esprit dit-on dans ce livre, planait au-dessus des eaux. Dans cette obscurité où Dieu était, il agissait, se mouvait et existait. Dans cette obscurité première, il y avait donc Dieu. En dehors de ce vide sombre il n’y avait peut-être rien d’autre que lui. Il faisait corps avec cette immensité obscure et celle-ci était lui. Ou elle. Genèse 1 :1-2

Puis il décida que la lumière soit, et celle-ci fut. Mais encore elle fut en étant incorporée dans les ténèbres, parce qu’il fallut que Dieu les séparât et les nommât ensuite jour et nuit. On dira : « il y eut un soir; et il y eut un matin ». Genèse 1 :3-5. De cette conjonction de coordination qui introduit une succession, et considérant qu’il fallut que Dieu séparât la lumière créée des ténèbres, on peut considérer alors que rien ne précède l’obscurité mais que celle-ci précède tout.

Au commencement était l’obscurité, et l’obscurité était avec Dieu, et l’obscurité était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites à partir d’elle, rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle, puisqu’elle était Dieu et avec Dieu, parce que c’est d’elle que jaillit la lumière et qu’avant le jour vient d’abord la nuit.

Mon propos tend à expliquer que toutes les considérations qui ont été faites des ténèbres, de l’obscurité et de la couleur noire, qui créent toutes sortes d’amalgames et de préjugés, sont erronées. Parce que l’obscurité n’est pas synonyme de mal. Ce qui est caché, non visible, non éclairé n’est pas moins utile. Ce qui est caché est préservé, ce qui est éclairé finit par ternir. L’obscurité est vie, la lumière tue.

Tout ce qui brille, brûle. Dès lors il faut comprendre que tout finit par s’éteindre. Le soleil incandescent meurt à petit feu même si l’on croit qu’il se régénère et que l’on fête cette renaissance le 25 Décembre : Sol invictus. La bougie se consume, la lampe grille, l’allumette calcine. Il n’y a de lumière vive qui ne meurt. L’obscurité meurt-elle? Non! Elle est la finalité de toutes choses qui naissent d’elles, et meurent en elles. Ces choses et ces idées qui sont cachées en elles sont source de connaissance et donc de lumière. En séparant la lumière de l’obscurité dans la Genèse, il était question de mettre certaines choses à la vue de tout le monde, mais combien sont restées cachées dans cet espace de ténèbres où Dieu était et d’où il commença toutes choses?

N’est-ce pas dans l’obscurité intérieure de nous-mêmes, à l’insu des autres que nous nous retrouvons souvent? Notre intimité réelle est elle exposée à la lumière et au regard de tous? Ce qui est éclairé est facile à appréhender mais n’est pas suffisant à nous édifier. Apprivoiser en plus les choses cachées nous donne plus de perspectives et nous édifient davantage. Les enseignements ne sont pas perméables à tous, les univers ésotériques complètent la connaissance humaine. Dieu lui-même est invisible en partie et ne se manifeste totalement que dans l’appropriation de secteurs obscurs de notre être et de notre environnement. Les secrets les plus utiles sont ceux qui sont cachés aux regards profanes.

L’obscurité est imperceptible et donc suscite des fantasmes divers. Ceux qui l’apprivoisent seuls, s’élèvent. Ne faut-il pas mourir pour renaître et mieux percevoir le monde et agir convenablement? La mort est obscure mais c’est d’elle que nait la vie. En fusionnant pour devenir fœtus, l’ovule et le spermatozoïde meurent. Si la graine ne meurt pas, elle ne porte pas de fruits. Jean 12 :24. Il n’y a de vie éternelle que dans la mort du corps. La langue ÉWÉ n’a pas donné le même vocable à la graine et à la mort pour rien : ÉKOU. Elle a conscience que c’est dans la mort qu’il y a vie.

Nous devrions mourir à tout ce que nous voyons de nos yeux profanes, pour renaître à la considération de ces aspects obscurs que dans l’ignorance nous accusons de toutes sortes de méfaits. La lumière qu’on a prétexté nous donner, a l’air si forte qu’elle nous aveugle. En adaptant nos yeux à notre histoire obscure, nous verrions mieux que jamais. Nous identifierons les mensonges et les détournements, nous comprendrions enfin que le noir est illustre et qu’il a préséance sur tout et sur tous. Rappelez-vous que la lumière fut séparée des ténèbres mais que maintenant elle a l’orgueil de se mettre au-dessus d’elles.

Au commencement était l’obscurité; à la fin ce sera l’obscurité. Que vous le vouliez ou non.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s