Pensées rapides

formes-pensees2
Soupir: 😦
J’ai beau désespérer je suis obligé de tenir.
Dans le mouvement perfide de ces temps où la médiocrité et les écarts de comportement se disputent les esprits humains, il m’arrive de croire qu’un changement reste possible malgré tout.
Il m’arrive surtout de penser que pour avoir touché le fond il ne nous reste inexorablement qu’à remonter. Mais c’est sans compter avec ceux qui espèrent encore creuser et nous pousser tous ensemble dans un magma brûlant. Oui, ils sont plus nombreux à nous tirer vers le bas et très peu à nous élever.
Dans ce siècle où visiblement les pécheurs et les médiocres sont plus nombreux, vous avez plus de chance de vous faire aimer en vous comportant mal, qu’en cherchant à vous sortir des méandres calamiteuses de la vermine et du péché. La logique de la vertu s’est effondrée sous le poids de la logique du péché. Les errements enchantent plus que la marche rectiligne. La soif de posséder et de se complaire dans la vacuité des approbations éphémères est telle, que l’eau plate que distille la transcendance est d’un goût amer pour la plupart. Les médias promeuvent la bêtise, habillée de voile libertaire, et les fondements de la tradition et de l’éducation sont brisés. Dès lors, la stabilité de nos familles, de nos enfants et de nos vies est ébranlée, au point de ne donner répit à personne.
C’est dans ce tumulte orageux, que nous devons sans cesse nous battre ou surtout nous résigner et nous y complaire; de crainte d’attirer sur nous, les foudres populistes des censeurs qui, se croyant bienséants, s’activent toujours plus vite pour faire descendre sur les malappris bien-pensants, l’avalanche d’insultes et de quolibets qui sont le nid de leurs pensées.
Nous vivons dans un monde terrible où même « Dieu » n’a plus son sens, sinon celui biaisé de nombre de soi-disant érudits qui vendent des chimères à tout va. « Dieu », l’unique, qui parle à nos cœurs, semble lui aussi crier dans un désert envahi de cactus d’immoralité et de légèreté, jonché d’immondices de desseins éphémères.
Nous courons vers les satisfactions immédiates, les cris d’alarmes ne nous font guère réfléchir. Nous sommes aveuglés par la consommation immédiate de nos désirs, sachant bien qu’aussitôt assouvis, ces désirs nous en deviennent inutiles, voire regrettables.
Jusqu’à quand devrions-nous nous enfoncer dans les bois obscurs et sombres de la la vilenie, infestés d’égarement et de perdition? Jusqu’à quand?
Les cœurs des justes s’émeuvent et soupirent, s’attristent et sanglotent, quand autour d’eux ils doivent regarder les leurs courir vers les enfers pavés oh Dieu de bons sentiments. Aux justes il faut le courage de résister aux tentations du monde, et la force de garder vivante en eux, la lumière du bon sens et de la justice, de l’amour et de la paix. Aux justes, il leur faut être solidaires pour impacter leurs environnements et, intervient un autre combat, celui contre l’orgueil. C’est là en effet que les bénéfices de la privation sont d’un grand secours. Lorsque vous avez réussi à vaincre l’envie et le désir dans des situations complexes, vous êtes forgés pour la lutte contre l’orgueil.
C’est donc pour nous préparer à des combats contre nous mêmes et le monde, que le carême est institué dans plusieurs pratiques religieuses. C’est d’ailleurs pour cela que dès que vous vous y consacrez, les tentations sont plus grandes et encore plus féroces.
<< […] nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres […] >> Éphésiens Chapitre 6.
Lovejoyce
blogue-pensees-damour

Le Silence des Aubergines

29822692_p

 

Le silence des aubergines c’est comme le silence des agneaux, mais en version végétarienne. Pas une trilogie mais un emporté trois pièces. Ce billet parle de silence et d’alimentation, mais avant, d’une année qui finit. Une année qui arrive, que nous célébrons, comme pour conjurer les mauvais sorts, les bilans de l’année qui s’en va n’étant pas toujours élogieux.

Silence, mangez des aubergines !


Byebye 2014.

 Bye-Bye-2014-Hello-2015-Wallpaper

On ne se rend véritablement compte de l’année qui s’écoule que lorsqu’elle arrive à sa fin. Entre bilans et résolutions, l’être humain se débat à ce moment-là, comme un diable, enfermé dans un décompte du temps qui n’est réellement de sa responsabilité, puisque ne sachant de toutes façons pas quand, ce décompte s’arrêtera, pour eux, ou même pour tout le monde. Ce temps, ce calendrier nous a été légué par l’histoire et les théories sont nombreuses. C’est d’ailleurs le propre des théories, de se multiplier.

Ainsi donc, entre nouvel an romain, chinois, juif, chrétien, musulman, Guin et que sais-je encore, il me semble que la nouvelle année véritable, devrait commencer à chacun de nos anniversaires. Comme ça au moins il n’est pas question de faire plusieurs bilans dans l’année n’est-ce pas ? Déjà j’en fais toujours deux : un la veille de mon anniversaire et l’autre la veille du nouvel an. Dites-vous donc, que si je devais respecter mes traditions, j’en ferais un en Septembre avec les Guins, et si en même temps je vivais à Guanxou (CHINE), bah ça me ferait un autre la veille du nouvel-an chinois.

Trop de bilans doivent bien tuer le bilan.

La réalité de cette année finissante, cette année administrative, appelons-la ainsi et soyons réalistes, est très loin des bilans extasiants que nous trouvons sur les statuts et profils divers. Faites un tour sur les réseaux sociaux, puisque c’est de cela qu’il s’agit. C’est à croire que dans ce monde, virtuel, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Bienvenue à Bisounours city !

Cette année 2014 qui tire sa révérence, comme d’ailleurs toutes celles qui l’ont précédée, a été riche en expériences et en rencontres. Pour tout le monde ! C’est le lot de chaque vie. A chacun d’en tirer les leçons qui s’imposent et de remercier grand-mère la Chance ou le Bon Dieu – c’est selon- pour les plaisirs obtenus, partagés ou assouvis en cachette !

Pour moi, elle fut riche en engagements divers, sur les plans professionnels, personnels, relationnels etc…

De tous mes engagements de 2014, celui que je retiens, est sans hésitation mon engagement pour le végétarisme. Parce qu’il marque un tournant dans ma vie et dans celle des autres. Désormais, pour inviter Lovejoyce il faut prévoir obligatoirement du poisson ou des œufs et si vous lisez ce billet après minuit de la nuit du 31 Décembre 2014 au 1er Janvier 2015, stop, ne prévoyez que des aubergines ou des champignons !


Végétalisme, le préquel !

 Vegangraphic

Si cette décision d’éviter de manger la viande a choqué beaucoup de gens autour de moi, ce qu’ils ignorent est que je suis moi-même le premier surpris par cette disposition que j’ai prise et que jusque-là je respecte sans le moindre effort, ni la moindre contrainte. C’est dans la Bible, précisément au Chapitre 1er du livre de la Genèse que je fus interloqué par le verset 29 :

« Et Dieu dit : Voici je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. »

Le verset 30 confirmera la même disposition pour toutes les espèces d’animaux.

Cette injonction de la part de Dieu me fit méditer. Il avait créé tout un tas d’animaux, il nous en confia la responsabilité, nous donnant autorité et domination sur toutes ces créatures. Mais pour notre subsistance il fut précis : herbe, arbre, fruit, semence !

Mais encore !

Grande fut ma surprise lorsque quelques feuillets plus loin, au chapitre 9 et au verset 3 du même Livre de la Genèse Dieu, s’adressant à Noé et à ses fils sortant de l’Arche après le déluge, il leur dit :

 « Tout ce qui se meut et qui a vie vous servira de nourriture : je vous donne tout cela comme l’herbe verte ».

La question légitime sur laquelle je me mis alors à méditer fut alors de savoir, pourquoi Dieu a attendu après le déluge pour autoriser les hommes à manger de la viande ?  Pourquoi ? Et de me demander aussi pourquoi donc tous les gourous, les hommes spirituels, philosophes, grands-maîtres etc. sont pour la plupart végétariens – végétaliens ?

38791705

Si je dois avouer n’avoir aucune prétention à devenir gourou un jour, ma curiosité me recommanda d’essayer le régime végétarien et de voir les effets que cela aura sur moi. L’idée dans ma tête était qu’il y avait forcément une espèce de bénédiction à respecter cette injonction, d’autant plus que le déluge n’est intervenu qu’après que les hommes soient devenus forts et puissants au point de s’élever et de converser avec les esprits divins et les anges, d’où ils apprirent sortilèges, secrets et codes. Genèse Chapitre 6. Ils en eurent malheureusement mauvais usage et se rendirent coupables de péché et répandirent le mal sur terre. L’Éternel résolut alors de tous les exterminer en ne laissant que Noé sa famille et un couple de chaque animal qu’il a créé. Si donc dès la sortie de l’arche, la nouvelle disposition fut de manger de la viande, j’en conclus que c’était pour nous atténuer spirituellement d’où le fait que nombre de spiritualistes sont végétaliens, sans d’ailleurs être chrétiens liseurs de bibles pour autant.

Serait-ce si néfaste si j’arrêtais moi aussi à consommer de la viande ? je décidai que non. On me parla de carences en protéines et de troubles de mémoires et d’affaiblissement, il y a quelques années, à ma première tentative de migration vers le végétarisme, je me suis laissé convaincre par ces menaces. Cette fois non !

C’est donc ainsi que depuis presque six mois je n’ai ni désiré, ni goûté encore moins mangé, de viande ou quelque chose d’apparent. Je ne m’en porte que bien, sur le plan moral, physique et intellectuel. Je vous conseille d’essayer. Végétarien je suis donc devenu et dès le 1er Janvier 2015, je deviendrai officiellement végétalien, en proscrivant, œufs, lait, poissons, et tous leurs dérivés et dérivables, pour ne m’attacher strictement qu’à la règle de Genèse 1 ; 29.

Aubergines et Champignons : Here come the hotstepper !!


Silence On tourne…en rond

 SponsoredSilence-Icon-300x300

C’est absolument vrai ! On tourne en rond. La vacuité de nos réclamations n’a d’égale misère que celle de la bouse impropre de ce monde, dans laquelle, chaque jour un peu plus, sans faire exprès, nous nous embourbons allègrement.

En effet, à trop parler, tant à l’intérieur de nous qu’à l’extérieur, nous nous enlisons dans les sables mouvants de la vie, et nous nous encrassons dans ce monde corrompu jusqu’au-delà de la moelle.

Le monde actuel est fait de bruits, parfois incohérents. Pollution sonore à en devenir sourd. Des engins, aux machines, des femmes aux hommes en passant par les enfants, nous émettons un tel vacarme qu’il est non seulement difficile de se faire entendre mais quasiment impossible de s’entendre soi-même. Et pourtant on s’étonne de l’absence de résultats pour presque tout, malgré tout le bruit qu’on ait pu faire autour, en réclamations aussi bien qu’en justifications.

bruit2

La communication est mon métier et je peux surprendre avec ces propos. Et pourtant, la raison du silence est toujours la meilleure. Le silence en soi, le silence autour de soi, afin que la paix soit !

Nos pensées et récriminations intérieures, nos pensées futiles et inutiles, celles qui souvent, encombrent notre être, sont un vacarme assourdissant qui empêche Dieu de nous parler. Pour certains, voire la plupart, Dieu est obligé d’attendre nos sommeils, profonds, pour s’adresser à nous, en rêves et en songes.

Mais à ceux qui pratiquent le silence et la méditation, l’accès à la parole et à l’enseignement de Dieu est automatique sinon directe.

C’est dans le silence et le sang-froid, face à toute forme d’oppression, toute espèce de pression, qu’elles soient morales, financières, physiques, sociales, politiques, culturelles, intellectuelles… que sera notre force. Esaïe 30 ; 15-16. Le silence et le calme sont reposants pour notre être. Ils nous mettent en bonnes conditions de réception et apaisent notre âme. Et nous ne le savons que trop bien. Pourtant nous sommes prompts à la réaction, à la réclamation, à la révolte contre tout, quand bien-même l’évidence que nous ne pourrions rien y changer est flagrante. Nous nous plaignons de nos situations en estimant qu’à ces instants précis il ne saurait être de la sorte, que le changement c’est maintenant.

Pourtant c’est Dieu qui sait mieux que nous, que ce travail formidablement rémunéré que nous escomptons et réclamons à cor et à cri par exemple, est loin d’être ce qu’il nous faut.

Il me souvient pour la petite histoire et comme nous sommes dans la période des fêtes qu’il y a environ 4ans je souhaitais offrir un grand véhicule électrique à ma fille, je la voulais dedans au volant, elle-même sous la supervision de quelqu’un bien évidemment. Les règlements que j’attendais ne sont intervenus qu’à fin janvier me laissant penaud et révolté avec les poupées que j’ai dû finalement me résoudre à acheter. Je récriminais tant contre Dieu et envers tout que je ne me suis juste pas posé la question d’abord simple de savoir où manipulerait-elle ce véhicule vu la configuration de la maison où elle habite, ensuite l’autre question sur ce qu’il adviendrait si jamais elle roule un jour vers l’escalier à un moment où sa nounou manquerait de vigilance dans sa surveillance ? C’est ainsi que nous regardons à nos désirs immédiats, à nos penchants pas toujours des plus sains, à notre envie de posséder, plutôt que de regarder celui qui a autorité sur toute éternité et qui pèse les cœurs et sonde les âmes.


Très chers, il est de ces situations nombreuses d’ailleurs, qui nous échappent parce que nous n’avons ni la maîtrise du temps ni celle des circonstances. Si nous ne croyons pas en Dieu, disons juste que la vie, la nature, ou même la chance, s’organisent toujours à notre place pour nous offrir ce que nous désirons en temps opportun. Notre envie de possession et de contrôle sur nos destinées sont de telles forces qu’elles nous obnubilent souvent, au point de perdre de vue l’essentiel. Cet ordonnancement précis qui est celui du monde qui nous entoure, présuppose en lui-même une régulation et une loi immuables. Que nous est-il demandé à nous, êtres humains, à qui à l’évidence tout est donné gratuitement, sinon d’obéir aux dispositions naturelles des choses.

Avant nous mangions les fruits en leurs saisons, aujourd’hui nous trafiquons les choses pour en manger quand il n’est pas temps et comme on veut par excès de maitrise et de pouvoir sans nous demander pourquoi Dieu a régulé le mûrissement de ces fruits de la sorte.

Avant nous prenions le temps de grandir. Aujourd’hui, mus par la compétition constante, nous courrons plus vite que le temps, pour faire et gagner plus vite que quiconque, alors que la sagesse qui régit toute possession nous échappe.

Avant nous faisions « un » avec la nature en respectant les saisons, la terre, l’environnement… aujourd’hui nous trafiquons les choses pour dompter les saisons, exploiter la terre au-delà de ce qui est permis, créer des espèces inconnues à coups de manipulations génétiques, de chirurgies esthétiques etc.

Prendre le temps de la contemplation et celui d’un silence à l’écoute active. C’est de cette façon que nous recevrions les indications précises pour agir en conséquence. C’est mon autre résolution en ce début d’année. Pratiquer le silence, plus le silence au fond de moi car il est le plus décisif. La maîtrise de nos voix intérieures induit celle des paroles qui sortent de nos bouches. Parler peu, à propos, regarder contempler, méditer, devenir fou de Dieu au point de le questionner au tréfonds de moi sans cesse. Lire, observer, attendre, attendre ce bonheur que nous espérons sans bien le structurer et au final le laisser chaque fois s’échapper.

Attendre que Dieu comble nos cœurs de ce qui est le plus utile pour nos vies. La course à l’acquisition de la nouveauté est une course interminable où nous sommes et resterons les perdants. Il y aura toujours un génie pour inventer le must have, toujours un excellent publicitaire pour nous convaincre que de ne pas posséder le dernier I-phone fait de nous les plus malheureux de la terre. Je ne parle pas de ces arnaqueurs qui distillent les technologies à compte-gouttes, pour vieillir ce qu’ils nous ont déjà vendu, afin de nous vendre la même chose juste avec un léger ingrédient en plus et des bords arrondis.

Silence ! le monde est un tumulte permanent parce qu’il a perdu de vue l’essentiel : le chemin du retour à l’éternité. L’attraction terrestre est comme du plomb à nos pieds et nous garde prisonniers depuis la prévarication du premier homme. Faisons silence face à tous ces bruits autour de nous et concentrons-nous à retrouver le circuit qui nous ramène au-dessus de ces futilités. Le bruit intérieur de notre chair, qui est insatiable et constamment insatisfaite est assourdissant et empêche la voix de Dieu qui veut nous guider. Silence

D’ailleurs, nous pourrions parler longtemps du silence mais au final, à force d’en parler, nous romprions le silence .

 muted-smiley

Motus bouchus cousus…

6865017_orig

Le Chemin de DAMAS

Je crois en Dieu le Père le Fils et le Saint-Esprit ! Je crois en ses anges, ses divinités, ses djinns, ses avatars et les diverses formes d’expression de son existence! Ça c’est moi ! Et beaucoup peuvent être du même avis ! De toutes les façons sur les questions de Dieu, nul ne fait l’unanimité !

338889e3


Je suis né et j’ai grandi, catholique ! Ce n’était pas mon choix mais je le suis resté! Parce que, tellement habitué à cette forme de célébration, je suis plus à l’aise d’aller directement à un culte catholique qu’à un autre. M’étant affranchi en grandissant, de ces concepts religieux, il peut ainsi m’arriver de partager le culte protestant, musulman, hindou, vaudou etc… Il m’arrive même souvent de voir trop de proximités entre ces différents concepts de Dieu et j’avoue que je m’amuse à les trouver !

rs1

Si je parle aujourd’hui de Dieu et de Religion c’est sans doute à cause du quatrième Tweet Up 228 qui a inscrit comme thème : RELIGION & RESEAUX SOCIAUX ! Les discussions ont surtout démontré une gêne générale des participants à exposer leur relation avec Dieu et/ou la religion, du fait que cela était définitivement du domaine privé.

D’aucuns pensent que ceux qui twittent ou écrivent des statuts sur Facebook à profusion sur la religion, ont beaucoup plus, un réel besoin de se prouver à eux-mêmes qu’ils croient à Dieu ! C’est peut-être vrai ! Il y a également ceux qui se construisent un profil de croyant, pour, croyant duper les autres, se dupent eux-mêmes finalement.


Pour ma part je pense que partager un tweet ou un statut sur Dieu, la foi ou même la religion, sans faire de prosélytisme, pourrait être d’utilité publique. Il nous faut savoir bien-sûr, que nous ne devrions pas avoir honte d’afficher notre foi, parce que la reconnaissance que nous devons à Dieu pour notre existence et autant de bénédictions autour de nous, vaut nécessairement d’être exprimée, au bénéfice d’autres qui ignorent ce fait, et en témoignage de ces dons gratuits dont nous sommes les dépositaires.

Certains attendent la situation particulière, exceptionnelle pour sortir de leur mutisme et exprimer tout haut, sur ces extensions de nos vies que sont les réseaux sociaux, combien ils sont reconnaissants envers Dieu. La vie de chaque jour ayant bien-sûr peu d’intérêt, elle ne mérite pas reconnaissance à Dieu outre la prière du matin. Pourtant on peut s’égosiller et s’évertuer à poster de nouvelles photos, à s’indigner de ceci ou cela sans que cela ne résolve la moindre situation, on peut faire les mêmes types de blagues apurées et déshydratées, on peut parler des autres et relayer des sujets drôles, sexuels, violents, mondains, à satiété !

Dans le désert de notre vie où nous sommes plus préoccupés de futilités que d’utilités, nous sommes aveugles de ne pas nous attacher aux choses essentielles. Pourtant c’est souvent de ce désert, que nous connaissons tous notre chemin de Damas, qui nous mène à Dieu, qui nous guérit alors de notre aveuglement !

Conversion_de_Paul_01


J’avoue que les dissensions entre religions sont suffisamment matière à pousser à la modération religieuse sur les espaces publics ! Quand dans son ou sa TL (TimeLine pour Facebook et TweetList pour Twitter) le protestant peut s’offusquer des gloires et louanges à la Vierge Marie, Le Catholique se scandaliser des propagandes islamistes, les autres trouver ceci ou cela incorrect , il peut être donc préférable d’opter pour une certaine retenue. Je dirai néanmoins, et cela sans offenser quiconque, que ceux qui souvent sont gonflés de ce que les autres n’arrêtent pas d’exprimer leur relation avec Dieu, devraient davantage se concentrer à renforcer la leur.

Notre aspiration vers Dieu est naturelle ! Elle est intrinsèque à notre être ! Nous nous posons des questions existentielles forcément, que seule la Notion de Dieu explique et justifie. Le mouvement de la vie autour de nous est preuve suffisamment débordante pour nous convaincre de l’existence de cette forte énergie suprême, qui a préséance sur tout et en tout, et qui à n’en point douter, communique avec nous !

Sans donner de quitus aux illuminés qui peuvent encombrer nos TL, de posts automatiquement générés ou créés pour juste faire genre, je ne me tromperais pas en avançant que plus la relation avec Dieu est régulière et constante, c’est lui-même qui nous inspire certains partages, convaincu Lui, omniscient, que quelqu’un à ce moment précis, peut tirer profit de ce que nous publierons.

sharing is caring


Si Dieu est si immense qu’on ne peut le circonscrire ni en un bâtiment (église, mosquée, temple…), ni en une seule idéologie (religion, secte, mouvement…), Il est absolument impossible, chers amis de le circonscrire en un culte privé et discret. Ce dernier est fondamentalement édifiant certes, mais il n’édifie que ceux qui le font. Chercher à édifier les autres sur la Foi et sur Dieu, c’est participer activement à une paix sociale, de ce que les vrais sentiments de Dieu sont porteurs d’harmonie, de cohésion et de paix.

Un vrai serviteur de Dieu, quel que soit son choix de religion ou de culte, est tolérant par rapport au choix de l’autre sans le partager. Parce que Dieu inscrit dans son cœur des valeurs universelles et transcendantes qui lui font garder pieds sur terre, même si sa tête est dans les nuages !

De nous jours de toutes les façons, la religion a trop besoin des réseaux sociaux:

Notinmyname

Namasté – Shalom – Salamaleikoum – Que la paix soit avec vous !